mercredi 20 septembre 2017

La magicienne trahie

Thorgal arrive en fin en France dans le tintin #106 du 20 septembre 1977, 6 mois après son atterrissage en Belgique.

Rodrigue : La parodie p4

Vieux crouton

C'est l'archétype du flic de polar... Un peu simplet, un peu utile, un peu sympa...

Tillieux in Spirou #1316

Il accompagne Tillieux et Gil Jourdan dans ses aventures.

Busett, Carrère, Hardy, Bazile et Brunel

Gos, Franquin, Cornillon, Warnant et Walthéry

Walthéry, Rodier, Létugie, Lismonie et Juillard

mardi 19 septembre 2017

Dans l'espace, on ne vous entendra pas chanter

L'astéroïde #1683 a été repéré dans le ciel le 19 septembre 1950, et a été baptisé "Castafiore".

Agreda, Clarke et Baru

Ayroles, Cabanes et Chakir

Coyote, Delius et Crisse

Dutreix, Ferri et Joe Dog

Lolmède, Lidwine et Jusseaume

Vellekoop, Pétillon et Neidhardt

La nouvelle coqueluche des français

Il y a 51 ans (purée, j'ai raté le cinquantenaire !), Pilote entre dans l'histoire.
Astérix fait la une d'un grand hebdo.

Terreur graphique et Bourhis : Le petit livre de la BD - 1966

lundi 18 septembre 2017

Alexis dans Pilote

On laisse le Pilote "produit clé en main pour jeune garçon" du début des années 60. On laisse passer l'orage de 68 qui démolit Goscinny et on se ballade dans Pilote entre 1969 et 1975, époque où il est devenu mensuel :

Goussé

Lucques

Poppé

dimanche 17 septembre 2017

BD Fil

En voilà un festival qui donne envie ! Des rencontres, des expos inédites, des performances en public... Un jour j'irai en Suisse !

Seele et Zep à l'expo Cowboy Henk

Plein phare

Le 17 septembre 1953 parait le tintin #256 : La marque jaune y débute !

Bodart, Bourhis, Carin et Conrad

Johan De Moor

Geron, Grolleau, Hislaire et James

Laurel, Mouclier, Olislaeger et Plantu

Sisé, Tardi et Turalo

samedi 16 septembre 2017

Le rendez-vous de la ligne claire

L'aventure de George Croft se termine en septembre 1977 dans Pilote.

Bourhis et Terreur graphique : Le petit livre de la BD - 1977

Elle se termine mal pour lui. Si bien que la série se poursuit avec Albany & Sturgess, les deux personnages qui l'ont conseillé, sur la trace des cauchemars de Basil Sedbuck.

Margerin, Plessix, Aubin et Taymans

Colombo

C'était l'enquêteur du pauvre, rien à voir avec les dingues de technologie des séries télé d'maintnant.

On fêtera dans quelques mois, les 50 ans de la série... mais aujourdhui, on ne fête pas les 90 ans de la naissance de Peter Falk... formidable passeur dans Princess Bride !

Crisse, Blutch et Boulet

Dodier, Sorel et Obion

Guerse, Walthéry et Jamic

vendredi 15 septembre 2017

Capharnaüm de Capharnaüm

Je m'étais un peu perdu en essayant d'éclaircir l'historique de ce non-bouquin. Inachevés d'inachevé me remet sur le chemin.
Il y a eu "Capharnaüm, le livre et l'épée", une histoire de l'univers de Lapinot proposée au Seuil dont 38 planches sont parues dans Projets, catalogue d'exposition en 1998. Les 24 premières planches viennent de reparaitre dans Nicole #6 avec un nettoyage des 10 dernières planches présentées dans Projets avec des restes de crayonnés.

Bon.

Et il y a "Willard Watte". Une histoire sans Lapinot. Une première version, projet pour Casterman, date de 1994. Le livre du jour en présente 5 planches, sous le titre recyclé "Capharnaüm". A ne pas confondre avec le récit précédent ! Une seconde (ou deuxième, je ne sais jamais) version date de 1995, et est présentée à Dupuis : les 5 planches sont visibles dans Projets et dans le livre du jour.

versions de 1994, 1995 et 2003

Trondheim avance sur l'histoire et réalise 6 planches d'un autre chapitre en 2001, qu'il redessine et augmente en 2002 (9 planches au final).
On peut retrouver ces deux chapitres à nouveau remaniés entre 2003 et 2005 dans Capharnaüm, récit inachevé, paru en 2015 à L'association.

Lecture de 2017 -21

Spirou hebdo
Ça devient n'importe quoi. Les récits hommages au Marsu succèdent à ceux de Gaston... avec un manque d'imagination terrible. De temps en temps un auteur sort du lot, mais au global, le résultat est minable. Vient de démarrer un préquel de spin-off de Spirou (mais ils vont arrêter avec ce marché de la reprise !!!), signé Verron et Sente : on dirait du Cauvin en pire. Verron n'est même pas inspiré pour illustrer ça (la scène de la manif des ouvriers est le néant de la narration graphique !). Ils comptent rameuter les gamins avec Magic 7 ? Moi, ça me fait mal au yeux.
Il reste Obion (le scénario du Mama mia de la semaine n'est pas terrible quand même), Mastodonte, les strips de Libon & Salma et de Neidhardt, Dad de temps en temps... Je me repose vraiment la question du désabonnement...

Kokor et Rabaté : Alexandrin (2017 - Futuropolis)
Un nouveau Rabaté, c'est toujours une bonne nouvelle. Je ne suis pas absolument fan du dessin de Kokor, même si j'avoue qu'il est assez beau... il manque quelque chose qui me touche vraiment (ça manque de noir). Ce bouquin est très beau, assez triste. Donc très beau. En bonne place pour être le bouquin de l'année.
Juste, un petit truc qui m'agace : les vieux qui se tapent des nanas, comme par miracle attirées par des vieux... c'est systématique chez Schuiten par exemple, et ça apparait chez des auteurs qui deviennent, disons, vieux. Bô... c'est un détail quand même.

Balac, Sanlaville et Vivès : Lastman #8 (2017 - Casterman)
Toujours aussi bien. On se disperse un peu, si ça continu, je risque d'arrêter la série quand même.

Alfred et Chauvel : Daho, L'homme qui chante (2015 - Delcourt)
Je ne me suis pas précipité pour l'acheter... malgré quelques belles pages vues de-ci de-là. En fait : je ne suis pas très amateur des histoires de Chauvel. Ici, je n'ai pas aimé le style "reportage" qui alterne avec une ballade du point de vue de Daho. Les entretiens avec les différents acteurs sont largement de trop. De la même manière que les 3 pages en noir et blanc sur Bacon, Meek et Kray.
Je ne lis pas une BD pour m'instruire. En plus, j'ai l'impression que la BD tente encore de se crédibiliser avec ce coté éducatif. 

Pixel vengeur et Monsieur le chien : Les caniveaux de la gloire (2014 - Fluide / Trafik)
Manque plus que Terreur graphique pour avoir les 3 pseudos les plus ridicules de la BD. En plus, jdis n'importe quoi : Terreur est présent dans l'album, sous forme de clin d’œil. Un peu trop trash et cul-cul à mon goût, même si y a des trucs qui m'ont fait marrer.

Trondheim : Capharnaüm, inachevés d'inachevés (2016 - L'association)
Je m'étais outré (environ) de voir à quel point les éditeurs pouvaient être frileux et aveugles. C'était à la lecture de Projets, un catalogue édité par la librairie Sans titre à l'issue d'une expo consacrée aux fonds de tiroirs de Lewis Trondheim.
Avec ce bouquin, cadeau aux adhérents de l'association, on lit les 4 différentes moutures du projet évoquées dans Projets (intitulé alors "Willard Watte") toutes mises en attentes ou refusées.
C'est super instructif sur le travail de création de Trondheim. Et puis c'est du bon Trondheim (des ptits aperçus).

jeudi 14 septembre 2017

Simplement Balez

Dans la biblio d'Olivier Balez, il y a des bouquins que j'adore. Pas seulement pour son dessin, même si son trait me plait vachment.

Il me semble que c'est son anniversaire aujourd'hui (wikipedia me dit le 14 et bedethèque le 4... je fais un peu plus confiance à wiki qu'au geek bd, mais je ne suis pas sûr d'avoir raison).